>600

>600

projets Smart City dans 87 villes

+100%

+100%

la croissance du nombre de projets Smart City

80 Mds EUR

80 Mds EUR

fonds européens prévus pour 2021-2027

Un environnement favorable

Le développement de villes et communautés durables figure parmi les objectifs de l’État roumain dans le cadre de sa stratégie de transition écologique et de développement durable. Les secteurs prioritaires pour les acteurs locaux sont l’amélioration des services de transport public, la réhabilitation des bâtiments d’habitation, des réseaux de chauffage et d’eau et la gestion des déchets.

La mobilité et la gestion du trafic sont des préoccupations majeures dans les villes roumaines. Les transports en commun ont été les victimes d’un sous-investissement durant les dernières décennies et rattrapent aujourd’hui leur retard d’autant plus rapidement. Ainsi, la ville de Cluj envisage d’avoir 100% de bus électriques d’ici 2030. Plusieurs rames de tramway sont en cours de renouvellement dans les villes de Craiova, Braila, Galati et Ploiesti. À Bucarest, qui est, selon le Traffic Index de TomTom, la 11ème ville la plus congestionnée au monde et la 1ère dans l’UE, les besoins concernent toutes les facettes du transport urbain, de la micromobilité aux parkings modernes tant et si bien que le nouveau maire de Bucarest, élu en 2020 – Nicusor Dan – promet 900 nouveaux tramways, bus et trolleybus, 50 km de lignes de tram modernisées, 130 km de métro de surface, d'ici 2024. La Roumanie a été condamnée en avril 2020 par la Cour de Justice de l’Union Européenne pour non-respect des normes européennes sur la pureté et la qualité de l’air. Bucarest est la seconde ville européenne pour les coûts sociaux engendrés par la pollution

Dans d'autres secteurs, les besoins sont tout aussi marqués. C'est particulièrement le cas de l'environnement et du traitements des eaux et des déchets. Seuls 5 à 14% des déchets collectés sont triés ou recyclés aujourd’hui (la moyenne européenne est de 55 %). À partir de janvier 2021, une loi obligera les collectivités locales à organiser le tri sélectif de tous les déchets biodégradables. La Roumanie a été mise en demeure par la Commission Européenne pour non-respect des règles de l’UE sur le traitement des eaux usées urbaines. Compte tenu du mauvais état des réseaux de distribution et d’assainissement de l’eau, les Institutions Financières Internationales, très actives en Roumanie, recherchent activement des technologies et solutions de financement dans ce secteur.

Les logements souvent anciens sont coûteux en énergie. Les villes roumaines sont à la recherche de solution pour digitaliser et améliorer leurs systèmes de chauffage urbain et individuels.

Une croissance dynamique

Les projets Smart City se multiplient, favorisés par une connexion internet parmi les plus rapides du monde dans les villes, créant des opportunités pour l'utilisation d'objets connectés. On compte 594 projets smart city terminés ou en cours dans 87 villes en juin 2020 (il y en avait 330 en mars 2019)Le réseau 5G est déjà disponible à Cluj, Iasi, Bucarest, Brasov, Timisoara, Constanta. Les mairies sont de plus en plus impliquées dans des projets Smart City et certaines villes « font la course » pour devenir la première ville intelligente de Roumanie. Le meilleur exemple d’implantation française sur le segment est Orange qui a mené un projet pilote de Smart City à Alba Iulia en 2018. En juin 2020, la ville de Cluj a inauguré la première rue intelligente de Roumanie. La ville de Piatra Neamt propose un guide numérique fonctionnant sur la base de QR codes pour promouvoir les sites touristiques.

Une abondance de financements sans précédent

De nombreux fonds européens permettent de financer les projets en lien avec la ville durable : European fund for strategic investments, European structural and investment funds, Horizon 2020, LIFE, Urban Innovative Actions, European Investment project portal et European Investment advisory Hub. Parmi les 80 Mds EUR que la Commission Européenne alloue à la Roumanie pour l’exercice 2021-2027 c’est 30,6 Mds EUR qui sont destinés aux projets de développement durable

La Banque Européenne d’Investissement (BEI) accorde des prêts, généralement cofinancés avec la Commission Européenne pour des projets n'utilisant pas de ressources fossiles à partir de 12 à 15 M EUR. Au total, la BEI a accordé des prêts pour une valeur de 865 M EURen 2019 dont 66,1 pour des projets de développement urbain (notamment travaux d’isolation à Bucarest).

La Banque Européenne pour le développement et la reconstruction (BERD) a placé le développement des infrastructures durables en tête de sa stratégie 2020-2025. Elle finance des projets à partir de 5 M EUR et en 2019, 38% des projets financés concernaient les infrastructures durables.

Le Programme opérationnel pour le Développement Durable (PODD) bénéficiera de 4,62 Mds EUR de fonds pour la période 2021-2027. Le Ministère de l’environnement et l’Administration pour les fonds environnementaux (AFM) subventionnent plusieurs projets (RABLA, Casa Verde, Gestion des déchets, éclairage public, transports publics non polluants, efficacité énergétique des bâtiments, …). Les ministères de l’aménagement régional et de la construction interviennent également. Cependant, la coopération et la transversalité font défaut entre les ministères.

Enfin, certaines municipalités mobilisent leur budget local pour financer des projets de ville durable.

En collaboration avec :

 En collaboration avec : En collaboration avec :

Pour toute information complémentaire sur l'événement, veuillez contacter notre équipe :

Teodor DUMA

teodor.duma@businessfrance.fr

teodor.duma.INT@businessfrance.fr

+40 75 407 26 82

Max DE QUICK

max.dequick@businessfrance.fr

+40 752 318 544